ASTUCE BUDGET : En choisissant judicieusement votre pass attractions, vous pourrez réaliser plusieurs centaines d'euros d'économies ! Ces pass (il en existe plusieurs) vous permettent de payer moins cher les entrées de plusieurs incontournables : pensez à le prendre AVANT de réserver vos activités ! Consultez notre guide comparatif des différents pass attractions à New York pour trouver la formule la plus avantageuse pour vous.

Portrait Portrait de Sébastien Frémont, pompier en France et auteur de livres sur New York et les pompiers du FDNY

Je vous présente aujourd’hui Sébastien Frémont, un pompier de la région parisienne, qui entretient une passion pour la ville de New York mais aussi pour ses pompiers du FDNY. Il a écrit plusieurs ouvrages sur les pompiers de NYC, le 11 septembre 2001…

Il nous présente son parcours, ses œuvres, ses projets, ses envies, la façon dont il perçoit New York, ses coups de cœurs et ses bons plans.

Salut Sébastien, pourrais-tu te présenter brièvement à la communauté des Bons Plans Voyage New York ?

Bonjour à tous, je m’appelle Sébastien Frémont, j’ai 44 ans, je suis marié et père de deux garçons, et je suis passionné par les États-Unis depuis mon enfance. C’est à l’âge de 19 ans que j’ai réussi à me financer mon tout premier voyage qui m’a conduit sur la côte ouest. Depuis, le virus ne m’a plus jamais quitté, et cela fait donc 25 ans que je me rends, tous les ans, aux USA, entre deux et quatre fois par an, en fonction de l’état de mes finances et des projets qui m’animent, mais ça j’y reviendrai plus loin…

les pelouses de Central Park

Depuis combien de temps es-tu pompier en France et quel type de poste occupes-tu ?

Cela fera 28 ans à la fin de cette année que j’évolue dans le monde des pompiers, dont près de 22 en tant qu’officier de sapeur-pompier professionnel dans le département des Yvelines.

Je suis rentré pompier volontaire dès l’âge de 16 ans, puis après le bac, j’ai passé un diplôme universitaire de technologie qui m’a permis de passer le concours d’officier. Aujourd’hui, j’ai le grade de commandant et j’occupe un poste fonctionnel à l’état-major des sapeurs-pompiers des Yvelines, à Versailles. Avant cela, j’ai occupé plusieurs postes différents. J’ai ainsi entre autres été chef du centre de secours de Maurepas et chef du centre de secours principal de Poissy, et j’ai également créé et dirigé le service communication des sapeurs-pompiers des Yvelines, des expériences toutes très enrichissantes, très différentes et passionnantes. Durant ma carrière, j’ai également pris part à de très nombreuses opérations de secours de toutes sortes, et je suis également spécialisé en tant qu’officier investigateur en recherche des causes et des circonstances d’incendie, formation que j’ai pu acquérir à l’Université d’Edimburgh en Ecosse pour la partie théorique, ainsi qu’en collaboration avec les pompiers de New York et de Chicago pour la partie pratique.
En lien avec mon métier, je suis également Vice-président de l’association FDNY-SP78 (Fire Department of New York – Sapeurs-Pompiers des Yvelines), une association que nous avons créée entre collègues et amis, au lendemain des attentats du 11-Septembre 2001, afin de tenter de venir en aide à nos homologues New-Yorkais qui, comme chacun sait ce jour-là, ont perdu 343 des leurs.

Et depuis quand remonte ta passion pour les pompiers de New York ?

Il serait en fait très réducteur de n’évoquer que les pompiers de New York. Je suis d’abord et avant tout passionné par les États-Unis, et en particulier il est vrai, par les services d’urgence et de secours américains, ce qui inclut certes les pompiers, mais aussi les services de police, leur organisation, leurs véhicules et matériels.

Ma relation amicale et fraternelle avec les pompiers de New York a démarré après les attentats, lorsqu’en mars 2002, notre association et les sapeurs-pompiers des Yvelines, grâce à de nombreux partenaires privés, avons financé un voyage d’une semaine en France pour 56 veuves, orphelins et membres de familles de pompiers de New York endeuillées.

Cette opération du cœur fut un moment de partage et d’échanges exceptionnel, qui marqua le début d’une relation amicale qui n’a eu de cesse de croître au fil des années, ponctuée par de nombreux voyages, y compris par l’envoi d’une délégation des sapeurs-pompiers des Yvelines à l’invitation des autorités du FDNY pour les 5e et 10e Anniversaire des attentats, en 2006 et 2011.

« The Good came from the bad » comme le disent les New-Yorkais, en référence à toutes les initiatives qui ont vu le jour après la tragédie du 11-Septembre. Pour ma part, je participe aux commémorations des attentats du 11-Septembre chaque année à New York depuis qu’elles existent, c’est-à-dire depuis 2002.

les pompiers de New York

Tu dois connaitre beaucoup de monde à New York alors ?

Il est vrai qu’après plus de 13 ans de séjours à New York, parfois plusieurs fois par an, entre les commémorations des attentats, les très nombreux articles de magazines et les livres que j’ai pu y consacrer, j’y compte un grand nombre de connaissances et plusieurs amis. Une grande majorité d’entre eux d’ailleurs, sans surprise, ont un lien avec les pompiers ou la police de la ville, voire bien entendu le sont eux-mêmes. J’ai d’ailleurs la chance de très bien connaître celui qui était jusqu’à avant-hier encore vendredi 9 mai le grand patron des pompiers de New York, ainsi que celui qui lui a succédé dans ses fonctions de Fire Commissioner, nommé par le maire de New York.
Lorsque je me rends à New York, j’ai la chance d’avoir un ami qui m’héberge dans son somptueux appartement de Brooklyn, dans le quartier de Red Hook, au bord de l’eau, face à la Statue de la Liberté. Je ne le remercierai jamais assez.

Et justement en te voyant passionné par les pompiers de New York et y être plusieurs fois par an, tu ne t’y vois pas y vivre et travailler en tant que pompier du FDNY ?

Que les choses soient bien claires : si j’ai l’occasion de pouvoir vivre et travailler à New York, je pars dans la seconde !

Ma famille le sait, nous nous organiserons s’il le faut quitte à ce que je parte seul si nécessaire, mais je n’hésiterai pas si une opportunité crédible venait à se présenter.

S’agissant des pompiers, il n’existe pas de passerelle entre nos deux pays. Et à bientôt 22 années de carrière professionnelle, je ne me revois pas repartir à zéro. En revanche, je me laisserais bien tenter par un job au sein du service des relations avec la presse du FDNY, ou bien sûr en tant que photographe, mais pas uniquement chez les pompiers, car je connais également bien et m’intéresse particulièrement au service de police de la ville sur lequel j’ai déjà écrit et illustré de nombreux articles, le NYPD.

D’ailleurs si tu y vivais, tu préférerais habiter dans quel quartier ?

Alors là, je répondrai sans l’ombre d’une hésitation Brooklyn ! J’apprécie la douceur de vivre de quartiers comme ceux de Brooklyn Heights ou encore de Park Slope. Mais s’il est bien un quartier de Brooklyn où il fait bon vivre, au bord de la baie de New York, et où je me verrais bien résider, Red Hook constituerait assurément ma destination préférée. Loin du tumulte de Manhattan, lorsque l’on se promène dans Red Hook, on a peine à croire que l’on se trouve dans une ville de 8,5 millions d’habitants ! J’adore me promener sur Van Brunt, l’une des principales rues de Red Hook, pour aller y prendre un café et une patisserie chez « Baked ».

Et quand tu vas à NY, quel est le lieu où tu te rends à chaque fois ?

Alors là, je vais vous paraître très conventionnel, mais quelque soit la durée de mon séjour, Times Square fait partie de mes incontournables, tout comme d’ailleurs traverser le pont de Brooklyn à pied. Quand j’arrive à New York, j’essaye toujours d’aller le plus vite possible à Times Square, car c’est le poumon de la ville. Quand je suis à l’intersection de Broadway et de la 7e Avenue, mon séjour peut commencer…

Comme tu y vas régulièrement, tu dois avoir de sacré bons plans à nous faire partager ! Ainsi peux-tu nous donner les 3 restaurants que tu préfères à New York ?

C’est un parti pris, bien entendu, mais voici donc mes « cantines » :
– Si vous aimez manger asiatique, il faut dîner au « Peking Duck House », 28 Mott Street, au cœur de Chinatown sur Manhattan, et commander un canard laqué « Peking Duck » dans la plus pure tradition chinoise. Le canard est découpé sous vos yeux, servi dans des galettes, avec une sauce douce, des concombres émincés et un légume vert. Un délice !
– Pour un vrai hamburger, version Deluxe (avec des frites et du coleslaw bien sûr) sans vous ruiner, rendez-vous au “Grand Canyon Restaurant“, 141 Montague Street, Brooklyn (compter 15 minutes à pied depuis le pont de Brooklyn, lorsque l’on est sur le ponton en bois au bord de l’East River)
– Pour un repas italien exceptionnel (mais pas de pizza dans ce restaurant familial), “Vinny’s of Carroll Gardens” (295 Smith Street, Brooklyn) est un établissement typiquement new-yorkais, tenu par Vinny, un immigré Sicilien qui a le cœur sur la main, et qui fait les lasagnes ou encore le poulet pané au parmesan comme personne ! Un conseil, si vous y dînez, ne manger pas le midi… les portions sont gigantesques !

la baie de New York

Peux-tu nous donner les 3 lieux où tu préfères passer des soirées à New York (bars, club de jazz, nightclub, …) ?

Là c’est plus compliqué, car en fait je n’ai pas vraiment de lieu privilégié. On ne peut pas dire que je sois fan des bars, et encore moins des nightclubs, ça n’est plus de mon âge !

En revanche, j’aime déambuler dans la ville, mon boîtier en bandoulière et faire des images sur le vif de ce que je trouve, de jour comme de nuit…Mes points de chute en soirée sont généralement situés sur Smith Street, au cœur de Brooklyn, une rue qui concentre bars et restaurants sur un kilomètre de long environ fréquentés par des habitués et les riverains.

Peux-tu nous donner tes 3 meilleurs plans shopping à New York ?

Pour des chaussures « Sportwear » bon marché (Sneakers de toutes marques, Vans, Converse…), je vais chez Zacky’s (684 Broadway, juste au Nord de Great Jones).

Pour tout ce qui est souvenirs en tous genres et que vous aimez négocier, il y a bien évidemment les échoppes sur Canal Street, tenues par des asiatiques. Si vous faites une offre de prix, que vous feignez de vous en aller et que le gérant vous laisse partir, c’est que vous êtes allés trop loin et trop bas !

La 5e Avenue, autour de l’Empire State Building, à hauteur de la 30e rue et suivantes, concentre également de nombreuses boutiques de souvenir bon marché. Il ne faut pas hésiter à comparer les prix ! Au cœur de Times Square, le long de la partie piétonne de Broadway, le grand magasin de souvenirs « Grand Slam » est également un classique du genre.

Et puis, pour les passionnés de photographie qui souhaitent changer de boîtier ou investir dans un nouvel objectif, il y bien évidemment le temple de l’appareil photo, le célèbre magasin B&H, sur la 9e Avenue, entre la 33e et la 34e rue…

New York Public Library

Et justement en terme de photos, peux-tu nous donner les lieux à ne pas rater à New York selon toi ?

Ouh là là… J’ai bien peur qu’ils soient trop nombreux pour en dresser une liste exhaustive. Pour autant, en voici une sélection :
– la Skyline de Manhattan depuis Jersey City, sur l’autre rive de l’Hudson River, depuis Brooklyn Bridge Park, au pied du pont de Brooklyn (à Brooklyn donc), depuis le Hunter’s Point South Park sur Long Island City, dans Queens, depuis Governor’s Island, évidemment lorsque l’île est ouverte aux touristes (à partir de mai), ou encore depuis le Staten Island Ferry. Tous ces sites offrent des panoramas différents du Skyline, idéaux pour les photographes.
– Scènes de rues au cœur de Times Square.
Central Park (les abords de « The Lake », côté Ouest du parc et le Belvedere Castle), mais aussi Prospect Park à Brooklyn, à privilégier au printemps lorsque les cerisiers sont en fleur.
– La Statue de la Liberté, toujours aussi photogénique !
– Les ponts emblématiques de la ville (le Brooklyn Bridge, Manhattan Bridge, Washington bridge, 59th St. Bridge avec le tram qui le longe et qui relie Manhattan à Roosevelt Island, Williamsburg Bridge et Verrazano Bridge)
– Les gratte-ciel emblématiques (ESB, Chrysler Building, Woolworth Bldg sur Broadway, Freedom tower du WTC, l’intérieur de Grand Central Terminal, les salles de lecture de la NY Public Library…), et bien sûr les niveaux panoramiques de l’ESB et du GE Builing, au cœur de Rockefeller Plaza.
– Les quartiers résidentiels de l’Upper West Side sur Manhattan ou encore de Park Slope et de Brooklyn Heights à Brooklyn, les ambiances de rues du Sud de Manhattan (SoHo, Chelsea, Greenwich Village, NoLIta…)…

A ce propos, peux-tu nous parler de ta passion de la photo que tu couples avec celle de ton métier de pompier ?

Je me suis mis à la photo à l’âge de 17 ans, ça fait donc 27 ans que je pratique ! Lorsque l’on m’a chargé de créer et de diriger le service communication des sapeurs-pompiers des Yvelines en 2002, j’ai donc développé des relations avec la presse et les médias, ce qui m’a amené à publier certaines de mes photos, d’abord dans la presse locale, puis dans des magazines vendus en kiosque, et de fil en aiguille, à être publié dans des livres, avant de faire des ouvrages en tant que co-auteur, puis comme auteur seul tant pour les photos que pour les textes. Cette expérience en tant que chef du service communication m’a notamment permis de concilier ma passion pour la photographie à celle des métiers de l’urgence, et en particulier du monde des sapeurs-pompiers.

Et peux-tu nous parler de ton association du 11 septembre et des ouvrages que tu as crée ?

Avec un petit groupe de collègues et amis, nous avons créé l’association « FDNY-SP78 » afin de disposer d’un support associatif qui nous permettrait de favoriser et de développer des liens entre les sapeurs-pompiers des Yvelines et ceux de New York, ainsi que leurs familles.

C’est ce que nous avons réussi à faire avec le voyage que nous avons organisé en mars 2002 (cf réponse plus haut), puis les relations se sont pérennisées et renforcées au fil des années. Nous allons régulièrement à New York à la rencontre de nos collègues pour continuer de faire vivre cette relation, comme nous accueillons de temps à autre des membres du FDNY dans les Yvelines, comme ça sera le cas pour l’un d’entre eux au mois de juin prochain.

Où peut-on se procurer tes ouvrages ?

Tous les livres dont je suis l’auteur ou co-auteur sont généralement disponibles sur les sites internet de vente en ligne, qu’il s’agisse de sites spécialisés comme la Fnac, ou encore de site de vente en tous genres comme Amazon… Lorsque leur parution est récente, on les trouve généralement dans les magasins de livres comme Cultura, la Fnac…

Pour les revues spécialisées françaises, je suis devenu au fil des années un spécialiste des services d’urgence et de secours américains, des pompiers en particulier, mais également des forces de l’ordre. Je suis ainsi le co-auteur du premier livre en français consacré aux pompiers de New York, d’un ouvrage sur les pompiers de Chicago, du premier livre également en français sur la police américaine, son organisation et ses équipements, ainsi que d’un livre qui revient sur la tragédie du 11-Septembre avec des témoignages forts de pompiers de New York qui ont vécu les attentats et qui y ont survécu, un ouvrage particulièrement poignant. Je suis aussi l’auteur de deux livres plus « grand public » qui traitent pour l’un de Las Vegas, et pour l’autre de New York, avec pour ce dernier une partie consacrée aux commémorations des attentats, jusqu’au 10e Anniversaire en septembre 2011.

Et dans les prochains mois, d’autres projets?

Oui, j’ai actuellement deux livres en préparation, et continue de publier des articles principalement dans quatre magazines vendus en kiosque : Soldats du feu magazine, Véhicules d’incendie magazine, Action magazine des armes et de la sécurité, et épisodiquement dans American Legend magazine.

Un dernier mot à dire aux French Yorkers ?

A tous les French Yorkers, qui tout comme moi, êtes passionnés par cette ville tellement unique et si attachante : n’hésitez pas à sortir de Manhattan et des sentiers balisés, pour aller vous perdre dans des quartiers moins touristiques de Brooklyn ou encore du Queens. C’est là que vous en apprécierez encore plus sa véritable personnalité, au contact de ses habitants, dans des ambiances de rues authentiques. Williamsburg à Brooklyn ou encore la communauté asiatique de Flushing dans le Queens sont des quartiers « Wild » comme le disent eux-mêmes les New Yorkais !

Et pour les plus téméraires, direction le quartier de Red Hook à Brooklyn (bus B61), au restaurant Hometown Bar-B-Que, 454 Van Brunt Street, pour une expérience barbecue inoubliable, avec concert live le week-end, à un bloc des berges de la baie de New York, avec la Statue de la Liberté en point de mire… C’est ça New York !

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Alex les bons plans

À l'heure d'internet, n'importe qui peut se revendiquer expert de New York sans y avoir jamais mis les pieds (même l'intelligence artificielle !), mais rien ne remplacera jamais l'expérience du terrain : voilà pourquoi depuis plus de 15 ans j'explore les rues de New York de toutes les manières possibles ; je teste des dizaines d'adresses chaque année afin de dénicher de nouvelles pépites et pouvoir vous en parler en connaissance de cause. Rien ne me motive plus que de trouver de vrais bons plans pour ceux qui, comme moi, ont envie de découvrir le vrai visage de New York et des New-Yorkais.

Je m'appelle Alex et j'ai la passion de Big Apple chevillée au corps. J'ai créé ce blog en 2008, mais aussi l'agence New York en français, en 2015, pour vous aider à préparer votre voyage en toute simplicité, et vivre des expériences inoubliables ! Avec mon équipe, nous avons à cœur de répondre à chacune de vos questions sur le blog, le forum et les réseaux sociaux. Alors... vous partez quand ?

Commentaires et questions sur
Portrait de Sébastien Frémont, pompier en France et auteur de livres sur New York et les pompiers du FDNY

Des questions ou des remarques sur cet article ? Faites-nous en part dans les commentaires, nous nous ferons un plaisir de vous répondre et de vous aider !

Laisser un commentaire

Ton adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *